• Passe le temps, les minutes sont longues. Je respire douloureusement, expire mon dernier souffle de vie. Mes yeux se ferment. Je résiste. Du moins, j'essaie, depuis une vingtaine d'années. "Vivre c'est une chance incroyable" m'avait-on dit. Vivre c'est une chance incroyable, j'aurais voulu le croire.

    J'ai aimé chaque secondes de ma vie, car celles ci étaient comptées. Depuis ma naissance, de mon premier à mon dernier souffle, il y avait ce compte à rebours gravé sur ma poitrine, déchirant mon corps à chaque minutes qui passaient. Mon cœur battait au rythme d'une horloge


    2 commentaires
  • Merci

    A bientôt


    votre commentaire
  • Je me sens un peu coupable d'avoir oublié, de ne pas y avoir pensé. Mais bon, comme indiqué dans mon article précédent, ce n'est plus ma vie, c'est juste mon passé. 

    Néanmoins, je me sens coupable. Ma mémoire va mal faut il croire. Si bien que mes souvenirs, et la vie de ce blog ne sont plus qu'un vague et lointain songe.

    Je ne tombe plus dans cette traîtresse de nostalgie et on avance, ma fidèle solitude et moi. Mais je vais bien.

    Bien bien bien, alors je remercie encore toutes les personnes formidables que j'ai pu rencontrer ici, et qui m'ont soutenue durant cette épopée. Je remercie aussi tous les curieux passants.

    Ainsi, je fête, en retard, le deuxième anniversaire de ce blog. Seulement deux années qui me paraissent une éternité.

    Une année en plus. Merci à vous.

    Bon anniversaire Chut, j'écris.

     

     


    4 commentaires
  • Ce blog, c'est à moi. C'est le mien. Ce sont mes créations, mes mots, mon passé. Le passé. Et il me servira toujours de repère. De souvenir aussi. Parce que j'ai aimé cette plateforme. J'ai aimé écrire. C'est juste que maintenant, j'en ai plus besoin. J'ai grandi. Et j'aimerai toujours écrire. Mais j'en ai plus besoin. Je vais mieux ? Seul l'avenir nous le dira.

    Soit. J'ai adoré écrire avec vous. Et je vous remercie encore pour tous vos commentaires, tout votre soutien, et juste votre présence. Je reviendrais, évidemment. Car ce blog restera toujours, même une infime, part de moi.

    Une dernière révérence, see you people.

     


    6 commentaires
  •  

    Le problème est que vous avez posé vos mains sur mes épaules. Mon bateau à chavirer. Avec tous mon optimisme, mes envies, mes espoirs, ma vie. Maintenant, mon existence semble se résumer à qu'une seule chose: la mort. Où qu'elle soit, je la vois. Et vous de même, à travers mes yeux.

    Vous m'avez tout volé. Ma compassion, ma bonté, mes sentiments. J'ai perdu mes larmes, mes armes, mon phare. Je navigue déboussolée dans le noir, au milieu de nul part, de moi-même, de votre antre où je suis prisonnière. Irraisonnablement attirée par chacun de vous. Tiraillée par vos pulsions.

    Je vous laisserais me détruire en milles morceaux. Et je laisserais votre haine déchirer mon cœur. Votre rancœur aspirer mon âme. Arracher ma fierté avec vos dents. Me briser de votre orgueil. Votre luxure croquer  ma chair, ou bien vos yeux brûler les miens. Je laisserais mes membres s'abstrairent à vos envies. Ma volonté s'agenouiller devant votre arrogance. 

    Je ne me battrais pas contre vous. Je laisserais les sept démons faire de moi un servile esclave du mal.


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires